jeudi 31 mai 2012

mercredi 16 mai 2012

Je me marre...

A chaque fois que je publie sur mon blog, je vérifie si ça apparait correctement sur la plateforme... Une vieille habitude qui date de l'époque ou j'était chez un hébergeurs beaucoup moins performant que Blogger. Bref, après avoir publié la petit vidéo de mon nouveau chouchou, je vais voir si tout va bien, et là que vois-je ?

Jugez plutôt : 


Franchement y a rien qui vous choque ?????

Le premier qui trouve l'erreur a le droit à un bisou ^^

Du minet...

Je suis pédophile, c'est indéniable...

Voilà ma dernière lubie : 


Il est mignon, il chante bien, bref je veux le même à Noël !

(j'ai vérifié, il est majeur...)

dimanche 13 mai 2012

La fin ?

J'ai pris une décision...

J'ai demandé à ma psy une médication pour me débarrasser de mon addiction.

J'ai eu l'ordonnance.

Je suis allé chercher les cachets.

Je n'ai pas réussi à les prendre !

Pourquoi ?

Parce que j'adore me droguer, c'est plus fort que moi !

J'ai eu besoin de dire au revoir à mon vice. Je prends mon dernier rail à l'heure ou j'écris ces lignes, j'avale mes cachets, je vais me coucher.

J'ai parler à mon frère, je lui ai tout dit, en lui précisant que si à la fin du mois de juin je n'étais pas sevré, il aura le droit (il devra) parler à nos parents...

La décision est prise.

Mais de dieu que ça va être dur...

...

Tellement dur...

vendredi 4 mai 2012

31 ans...

Je viens d'avoir un an de plus. Je ne suis pas ce qu'on peut dire fier de mon parcours jusque là, même si j'ai quand même accompli deux ou trois choses donc je peux me vanter, mais mes échecs occultent largement toutes mes victoires...

La décision est donc prise, cet été je me fais hospitaliser ou je me fais mettre sous substitut médicamenteux parce que je ne peux vaincre cette addiction par la seule volonté. C'est trop dur.

Je suis partagé entre la honte et la résignation, en fait ce qui me manque c'est d'en parler avec des gens qui vivent ou on vécu ce que je traverse. Quand mes proches veulent me rassurer et partager leurs combats, ils me parlent de régime, de clopes, d'alcool, mais ce que je vis n'a rien à voir avec tout ça. Loin de moi l'idée de minimiser ce que mes amis ont accompli pour se débarrasser de leurs démons, mais les miens sont trop différents...

Demain soir je reçois quelques amis pour boire un verre à ma santé et ma vieillesse, et, au milieu de rien, mon petit frère s'est invité alors qu'on ne se parle plus depuis octobre. J'appréhende les retrouvailles, tant et si bien qu'il est 3h du mat', je bosse dans 5h et je suis saoul et déf tout seul chez moi. 

Une preuve de plus s'il en fallait que je déconne grave...

Je me suis aussi rendu compte aujourd'hui que je n'avais pas de quoi payer mon loyer de mai.

Bref, tout va bien madame la marquise !

Allez, je suis moins dépressif que lors de mon dernier post, rassurez vous, je ne vais pas me faire du mal. De toute façon si un jour j'en arrive là ça fera longtemps que je serai plus ici à vous raconter ma vie, soyons logique ^^ 

(Cette dernière sortie est censé vous rassurer hein !)

Et je vous remercie tous pour vos messages (et les mails aussi), ça peut vous paraitre débile, mais ça m'aide beaucoup. Donc milles mercis !

Un gaugau pas sortie de l'auberge mais en route pour...

mardi 1 mai 2012

Time is coming

Je vais parler à ma famille et à mes proches de manière sincère de ce que je suis en train de vivre... La dead line,  c'est la fin de l'année scolaire (j'ai besoin de mon job pour pas partir en vrille). Je vais en discuter avec ma psy pour qu'elle m'aide et m'oriente dans ce que je dois/peux dire...

Mais je pense que c'est le seul moyen.

J'ai besoin qu'on me coupe les vivres, qu'on me jette dehors, qu'on me mette face à mes 4 vérités. Après 4 ans de dérives totale, le constat est clair, je ne suis plus en mesure de prendre soin de moi tout seul. 

Deux options s'offrent à moi : assumer quite à perdre les être qui me sont chers, ou continuer à faire semblant quitte à mourir.

Je ne veux pas mourir, enfin si, mais pas comme ça, pas maintenant, pas sans avoir essayé.

Le chemin s'annonce douloureux et l'issue est plus qu'incertaine, mais seul je ne peux pas, je ne peux plus, je serai mort avant l'été, c'est une évidence...

Je suis une épave...

Je n'ai jamais été aussi perdu...

La mort serait si simple... trop simple, trop facile, j'en crèverai une seconde fois !

Je m'appelle Gauthier et je suis toxicomane ( et ce n'est pas la pire de mes déviances actuelles...)
Ou, je fuis une dernière fois, à l'autre bout du monde, et je coupe avec tous ceux qui me sont cher... Je n'ai jamais été aussi perdu...

Combien de cachets je dois avaler et de quel marque pour m'endormir à jamais ?

Je divague...

A bientôt j'espère !